Les aventures musicales de deux potes

Les aventures musicales de deux potes

jeudi 6 février 2014

Pond - Hobo Rocket (2013)

 
 
  Les choses sérieuses reprennent pour moi, avec la playlist d'il y a quelques jours et les chroniques d'albums à venir. Faute de temps, je m'étais concentré surtout sur des morceaux isolés, des remixes ou des clips.
 
  Et ça repart très fort. Parce que cet album du groupe australien Pond, dans lequel sévissent plusieurs membres de Tame Impala, est une tuerie. Si je ne l'avais pas découvert aussi tard, il serait sans aucun doute dans mon top5 de 2013. Ce disque incroyable l'est encore plus quand on sait que tout a été enregistré dans les conditions du live (hormis les chœurs), et souvent issu de jams en studio. Et c'est déjà le 5e album de ce groupe.
 
 

 
 
  L'album est compact, 35 minutes environ, pour 7 titres très denses, et absolument rien n'y est à jeter. Il commence très fort avec l'excellente "Whatever Happened To The Million Head Collide", tout en tension et montée de fièvre, jusqu'à ce riff libérateur. Suivie de près par le tubesque et tout aussi sauvage "Xanman". On touche ensuite au céleste avec la magnifique accalmie de "O Dharma".
 
  Musicalement, pour vous donner quelques repères, ce qui saute le plus à l'oreille est la filiation avec des groupes comme les Flaming Lips. J'ai pensé aussi ici et là à un mélange entre les Lips, Mercury Rev, Black Sabbath, King Crimson, Public Image Limited, le Velvet Underground, et le 1er Tame Impala. On a une alternance de passages furieux (j'ai même envie de dire heavy), presque hard rock, de morgue garage-punk, d'une déconstruction du rock très post-punk, et de passages plus aériens, le tout enrobé d'une couche de pop psyché rêveuse.
  Au passage, la comparaison avec Tame Impala n'est à aucun moment encombrante, car les deux groupes sont très différents. Alors que l'autre est quasiment un projet solo de Kevin Parker, Pond est l'œuvre d'un collectif, et donc moins facile à cerner, et beaucoup plus libre dans ses directions musicales que Tame Impala, au cahier des charges plus strict. Cela s'entend ici, les musiciens tentent beaucoup plus de choses. Mais le disque reste très cohérent, ce qui fait sa force. 
 
  De très bons exemples de ce que je dis se trouvent dans les morceaux suivants : "Aloneaflameaflower" (peut-être ma préférée), et "Giant Tortoise". Ces chansons sont très riches sur tous les plans, et hautement addictives. Surtout, ça fait du bien d'entendre un groupe qui non seulement est tuant techniquement, artistiquement toujours inspiré, et qui par-dessus tout prend un plaisir fou à jouer la musique qu'il aime. Cet enthousiasme transpire dans chaque morceau de ce disque passionnant. Vous vous y attacherez très très rapidement.


 
 
  Pour finir, quelques mots sur les deux dernières chansons. "Hobo Rocket" d'abord, sur laquelle Cowboy John semble rendre un hommage vocal mi-touchant mi-cynique à Lou Reed (je précise que l'album est sorti avant son décès), sur fond de pop psyché  béate mais un chouia psychotique (le côté lancinant), avec une forte influence des musiques indiennes, et quelques dissonances très John Cale. Le grand Lou aurait adoré, j'en suis sûr.
  Et enfin, la magnifique chanson de clôture, "Midnight Mass (At The Market St. Payphone)" , ouvre de nouveaux horizons pour le groupe. Une seule envie à la fin de cet album court, mais compact, comme une bonne grosse claque, se lever de son fauteuil dans lequel il nous a cloué, en applaudissant des deux mains, et le remettre une seconde fois. En un mot : Tuant.
 
 
 
PS: le groupe reviendra pour la suite en 2014. Et c'est un des disques que je vais le plus attendre cette année !
 
 
 
 
 
 
Les clips de Giant Tortoise et Xanman :
 
 
 
 
ALEXANDRE
 
 
 

 

 

 

7 commentaires:

  1. Tu m'apprends qu'ils en ont prévu un autre pour 2014. Bien aimé le Hobo Rocket en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content que ça t'ait plu ;) Il est génial ce disque.

      Supprimer
  2. Eh bien moi j'avais bien aimé les albums de Tame Impala...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les ai adorés aussi ! :) Je n'ai pas dit le contraire, juste que Pond est plus foufou, et qu'il ne faut pas les réduire à un espèce de projet parallèle de Tame Impala, car ce n'est pas le cas du tout. Mais Innerspeaker, et surtout Lonerism, sont des albums que je réécoute énormément. Lonerism est quasiment un album de chevet pour moi, c'est un classique instantané.

      Supprimer
    2. Ne t'inquiètes pas, ça n'avait pas été mal interprété...;)

      Supprimer
    3. De toutes façons ç'aurait été de ma faute, je me suis mal exprimé ! ;)

      Supprimer
  3. Je préfère tout de même le projet Tame Impala, mais ça dépote grave !

    RépondreSupprimer